epices rhum arrangé

Cinq astuces pour réussir un bon rhum arrangé

Comment réussir un bon rhum arrangé ? Chaque spécialiste y va de son conseil, plus ou moins compliqué, pour régaler les papilles de tout bon amateur de rhum. On vous donne quelques astuces pour y arriver (presque) à tous les coups !

Choisir un rhum blanc adapté au rhum arrangé

Qui dit rhum arrangé, dit bon rhum de base, qui va révéler les arômes des fruits et des épices de votre préparation. Si certains utilisent du rhum ambré (ou rhum paille) ou du spicy (on aime pas trop), on vous recommande de choisir un rhum blanc, un vrai, un bon rhum agricole de l’Île de la Réunion, de la Martinique ou de la Guadeloupe ! Selon les goûts, vous pouvez utiliser un rhum blanc qui titre à 40° ou 50°. Notre préférence va au rhum blanc agricole 50°, si possible issu des Antilles françaises (ça c’est parce qu’on est chauvin) !

pot mason

Utiliser un récipient adapté

Si vous décidez de réaliser un rhum arrangé « basique » (type rhum vanille, rhum piments), vous pouvez tout à fait utiliser la bouteille de rhum Trois Rivières ou de rhum JM blanc que vous aurez acheté dans cette optique. N’oubliez pas d’enlever un peu de rhum, histoire de laisser un volume suffisant à vos épices et pour que ça ne déborde pas. Pour le reste, et pour tous les rhums arrangés à base de fruits en général, utilisez un grand bocal en verre (avec fermeture hermétique). Ce sont eux qui se révèleront les plus pratiques, et permettront une macération optimale de vos ingrédients. Un détail : n’utilisez jamais (mais alors jamais !) de bocal ou de bouteille en plastique. Prévoyez un bocal assez grand (ex : 2L pour 1L de rhum).

Laisser le temps à la macération

Laisser ses ingrédients macérer, et révéler tous leurs arômes, c’est un processus long et délicat. Surtout qu’une gousse de vanille ne met pas le même temps qu’une banane ou qu’un fruit de la passion pour délivrer ses saveurs. Il faut 6 mois à la vanille pour s’affirmer gustativement, quand quelques semaines suffisent à la plupart des fruits. Les agrumes, par exemple, donnent le meilleur d’eux-mêmes après seulement 1 mois !

Travailler le rhum arrangé au fil de l’eau

Le goût de votre rhum arrangé va évoluer avec le temps. Le sucre va faire son travail, l’alcool va aider au processus… N’hésitez pas à corriger l’acidité de votre mélange avec un peu de sirop de sucre de canne ! De plus, il ne faut pas hésiter à enlever certains ingrédients, notamment les épices, qui peuvent donner un goût amer. La cannelle et la cardamome, par exemple, ont tendance à vite prendre leurs aises, et à masquer toutes les autres saveurs. Si c’est le cas, enlevez-les. Pour cela, il faut que vous goûtiez régulièrement votre préparation, et corrigiez le tir au besoin.

Filtrer avec les bons ustensiles

Même si le filtrage du rhum arrangé est une étape facultative, c’est toujours plus agréable de boire un liquide filtré, sans dépôt ni morceaux. Plusieurs écoles existent à ce propos, des « warriors » qui ne jurent que par le rhum arrangé brut de décoffrage, aux amateurs plus raffinés, qui vont lui préférer une filtration plus ou moins importante. Pour cela, deux outils sont à préconiser. Le « chinois » de cuisine, qui enlèvera les plus gros morceaux. Par la suite, utilisez un filtre à café, mais attention à ne pas craquer celui-ci ! Bon à savoir : la filtration n’altère pas le goût du rhum arrangé.

Bonne dégustation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *